Ma première photographie publiée! (Chasseur d’Images)

Cela faisait longtemps que l’idée de franchir un nouveau cap en photographie me faisait frémir d’impatience. J’avais l’impression d’avoir déjà bien intégré la photographie de ville et d’architecture, bien que j’aie encore de nombreuses pages à écrire sur ce type de photographies. Le portrait m’attire beaucoup, depuis longtemps, car il représente un défi aux multiples facettes: jouer sur un éclairage complexe, proposer des émotions, et surtout traiter directement avec l’humain. Ce qui implique qu’il puisse être fatigué, stressé, désireux d’un résultat qui le surprenne, qui aille au-delà de ses attentes. Le résultat: faire de chacun un être splendide, et en même temps unique. Dans cette génération assommée aux filtres Snapchat qui propose aux jeunes filles un modèle unique de beauté à respecter, le photographe lui, doit trouver le charisme propre à une personne, afin de le faire ressortir dans sa prise, et que chacun puisse le voir en un coup d’œil. Le filtre Snapchat, si démocratisé et attractif, propose de cacher votre beauté, le photographe va, lui, la mettre en valeur. 

J’ai finalement mis cette envie en « stand by » pendant plusieurs mois, pour différentes raisons: il fallait investir dans le matériel, il fallait avoir des modèles. 

Et puis alors que je profite de courtes vacances d’été, je lis un Chasseur d’Images, et découvre alors qu’ils font un concours de photographies sur le thème du studio maison. Là c’est la branche à saisir, je me lance! 

Je me procure le matériel d’éclairage minimum nécessaire. D’un point de vue  théorique, ma formation à l’ESRA et les quelques shootings studio auxquels j’ai pu assister m’ont donné une partie des notions. Je puise le reste sur l’Internet.

Le mois d’août s’achève déjà et la rentrée en approche, je propose à une amie de faire un premier essai de shooting studio. J’ai pu ainsi évaluer au cours d’une première soirée mes acquis et mes points faibles.

Une seconde amie voit entre temps l’auto-portrait studio que j’avais réalisé, et me contacte pour me proposer de faire son portrait. 

Une nouvelle session est organisée. Cette fois-ci, je corrige en partie mes points faibles, et je fournis un travail plus précis, moins hasardeux. De ce shooting ressort de nombreux très beaux portraits, et j’en sélectionne alors cinq pour répondre à « l’appel d’offre » du magazine Chasseur d’Images. J’avais peu de chance d’être sélectionné. Les photographes qui sont normalement pris pour être publiés, ont généralement plus de deux fois mon âge, et possèdent une expérience et du matériel bien plus conséquent. Mais tant pis, j’y vais au culot. 

Et voilà finalement que plusieurs semaines après, je reçois un mail de l’un des photographes de Chasseur d’Images, qui me confirme que l’un de mes portraits (Beatriz 1B), sera bel et bien publié dans le numéro de novembre de Chasseur d’Images!

Le vendredi 19 octobre 2017, en fin d’après-midi, j’achète en kiosque le Chasseur d’Images n°407 tout frais du mois de novembre qui contient ma photographie! Pour la première fois une de mes œuvres est publiée dans la presse. Et puis il n’y a pas que la photographie, celle-ci est accompagnée d’un petit texte que j’ai écrit, ainsi que, suivant mon texte, une critique rédigée par la rédaction de Chasseur d’images! A noter qu’il s’agit du magazine de photographie français numéro 1 ! A défaut que ce soit une critique de film, c’est ma première critique de presse, et j’en suis ravi! Le portrait s’annonce ainsi très bien parti, et je compte travailler à présent sur une sélection de portraits. Un grand chantier en perspective…

Barthélemy Thumerelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *